A Propos

Rubriques

dimanche 7 juillet 2019

Un jour aux Eurockéennes 2019 (Belfort, 06/07/2019)

Crédit Jade B.
Ce samedi, troisième jour des Eurockéennes, avait débuté sous le signe d'alertes météo à répétition : orages dangereux. Finalement il n'y aura eu que quelques gouttes éparses durant le set de Weezer. Ce sont les festivaliers les plus tardifs et les campeurs qui auront eu droit à des bourrasques et de la grêle au milieu de la nuit.

Beaucoup de monde pour entrer sur le site dès l'ouverture des portes : une importante présence policière et militaire avec, cette année, des équipes cynophiles. Notre arrivée est ainsi agrémentée de chiens qui gambadent entre nos jambes nous reniflant des pieds jusqu'aux fesses afin de découvrir d'éventuelles substances illicites.


Deux manières de débuter cette journée : assister au show du comique Le comte de Bouderbala ou attendre le premier gros concert de la journée.

Ce sont les membres du groupe de métal français Mass Hysteria qui ont l'honneur de démarrer sur la Grande Scène. Plus de 25 ans de carrière pour un groupe qui a su garder toute sa hargne. Malgré des paroles en français auxquelles sont moins sensibles les jeunes générations, le groupe sait faire bouger les foules avec un set puissant et efficace.


On ne restera pas tout le concert pour ne rien rater du set d'Angèle. Direction la scène Green Room (couverte depuis l'an dernier) pour ce qui restera le moment le plus pénible de la journée.
Lorsque le festival a programmé Angèle, elle était alors considérée comme la nouvelle folie musicale du moment, finalement c'était bel et bien une tête d'affiche qui se produisait hier. Gros soucis à la fois de lieu et de manque de  "concurrence" musicale au même moment. Tout le monde (fans et curieux) s'est précipité jusqu'à la scène mais bien trop petite en terme de capacité pour accueillir tout ce monde.
Le concert n'avait pas encore commencé que la Green Room était déjà bondée. Se faufiler n'avait guère d'intérêt car on se retrouvait entasser comme des sardines au milieu de jeunes gens survoltés sans aucune visibilité. Les écrans intérieurs étant bien trop bas, il fallait alors tenter de s'extirper pour contourner complètement la foule qui menait jusqu'au fin fond des stands et tentait d'apercevoir un écran extérieur un peu mieux situé. Pour en savoir plus, lire l'article de l'Est Républicain ICI

Pas le temps de se morfondre, autant retourner à la Grande Scène pour voir Weezer qui sera le set le plus fort de la soirée tant émotionnellement que par la communion d'un public porté par une belle allégresse.
Pour les personnes de ma génération, Weezer nous accompagne depuis les premières années de nos vies adultes, les plus jeunes ont quant à eux été biberonnés avec les morceaux du Blue Album.
Autant dire qu'avec une set list reprenant tous les hits du groupe ainsi que certaines de leurs reprises les plus réussies comme "Take on Me" ou"Africa", le succès était assuré. Rivers Cuomo peut toujours avoir, à presque 50 ans, un look de nerd sans friser le ridicule, il sait rajeunir les foules.

Crédit Jade B.
C'est ensuite à la Green Room (nettement moins bondée que pour Angèle) que l'on pouvait profiter d'un concert époustouflant! Parkway Drive, un groupe de metalcore australien, qui assure niveau prestation scénique. Puissant et mélodieux, le groupe propose des morceaux extrêmement efficaces. Pour certains, des musiciennes à cordes accompagnent avec délicatesse les chants gutturaux de Winston McCall. Le final du concert est grandiose à base de déferlement de flammes accompagnant des rythmes entêtants. Une expérience hors du commun.

Les Psychotic Monks nous ont ensuite offert un set musclé et efficace sur la scène de la loggia. Pour clore notre soirée c'est le toujours frétillant Frank Carter et ses Rattlesnakes qui a réussi à retenir bon nombre de festivaliers pendant que Jain se produisait sur la grande scène. Ses morceaux bien moins punk haineux et plus rock énervé n'ont rien perdu en efficacité et c'est un Franck Carter plus consensuel qui se produisait là, bien loin de la tête brûlée découverte à Rock en Seine il y a quelques années.

Ce fut une bien belle journée, sans pluie, baignée par cette poussière rouge qui fait que l'on emporte avec nous un peu de la presqu'île du Malsaucy en souvenir de cette édition 2019 des Eurockéennes.

Crédit Jade B.















mercredi 24 avril 2019

GURU - Fixation


Single sorti le 24 avril 2019

Nouvelle sensation punk rock originaire de Brighton, les 4 musiciens qui forment GURU viennent d'achever les premières parties de la tournée sold-out  de Lady Bird.

Produit par Margo Broom (Fat White Family, Goat Girl),   "Fixation" est porté par un son distordu sur une rythmique gentiment punk rappelant quelques morceaux tapageurs dont la scène anglaise sait nous régaler.

Facebook | Soundcloud | Twitter


jeudi 11 avril 2019

Orville Peck - Pony


Album sorti le 29 mars 2019 chez Sub Pop Records

Étonnant artiste pour un album tout aussi surprenant. Orville Peck a un look de cow-boy et porte des masques à franges. Voilà qui est bien mystérieux et déconcertant.  Tout comme les morceaux de son  premier album Pony où l'on trouve de belles ballades country nous menant parfois aux confins du shoogaze. Avec sa voix de crooner, le fantasque Orville Peck nous conte des histoires d'amour et de vengeance. Un album singulier qui charmera même les plus allergiques à la musique country classique.

Site Officiel | Facebook | Twitter




dimanche 17 mars 2019

Vilma Flood - Green Eyed Moron


Single sorti le 15 mars 2019

Vilma est une musicienne originaire du nord de la Suède. D'abord inspirée par des musiques folk et blues, la jeune artiste suédoise a commencé à composer ses propres morceaux ouvrant son univers tout aussi bien au folk, à l'indie ou la musique pop. Avec son timbre de voix bien particulier on reconnait dans les interprétations de Vilma Flood des influences d'artistes prestigieux allant de Leonard Cohen à Joni Mitchell en passant par Ane Brun ou encore Alela Diane.

"Green-Eyed Moron" est le deuxième extrait d'un album à venir que Vilma prépare avec le producteur Tobias Fröberg (Ane Brun, Frida Hyvönen, Kleerup) : Moodswinger qui sortira le 26 avril prochain.
C'est un bel extrait : mélange subtil de guitare acoustique aux envolées bluesy et d'un chant grave et vibrant.

Site officiel | Facebook 


dimanche 3 mars 2019

Elias Dris - Beatnik Or Not To Be


Album sorti le 1er mars 2019 chez Vicious Circles

Elias Dris est un jeune auteur, compositeur interprète parisien. En 2017, nouvelle sensation de la scène folk/americana, son premier album Gold In The Ashes charmait par l'audace et la grâce des morceaux qui le composent.  Deux années à peine se sont écoulées, ce qui a permis à Elias Dris de faire beaucoup de scènes et de participer à des projets annexes comme un album de reprises de Simon & Garfunkel avec Morgane Imbeaud (Cocoon).

Beatnik Or Not To Be  impressionne par l'affirmation d'un talent exceptionnel que l'on devinait déjà avec les premières compositions du jeune homme. L'écoute est désarmante tant les 9 morceaux explorent des profondeurs folks tout autant mélancoliques qu'aériennes. Beatnik Or Not To Be est un album d'une grande élégance porté par un artiste aux interprétations subtiles et terriblement touchantes.

Facebook | Twitter 






mardi 19 février 2019

KOMPROMAT - Niemand


Single réalisé le 11 janvier 2019 chez Clivage Music
Extrait de l'album TRAUM UND EXISTENZ sortie prévue le 05 avril 2019

Qui retrouve-t-on au sein de l'étonnant projet KOMPROMAT?
Deux artistes déjà bien connus (et surtout reconnus) pour leurs divers projets musicaux : Rebeka Warrior Mansfield.TYA et Sexy Sushi) et DJ Vitalic.
En attendant la sortie d'un album prévu pour le printemps prochain, le duo propose un premier extrait aux ambiances rétros puisqu'il remet au goût du jour l'electro sombre berlinoise. La collaboration fonctionne parfaitement et se révèle de bon augure pour l'album à venir.
"Niemand" bénéficie d'une mise en images par Bertrand Mandico assez trash avec un univers qui s'associe bien au morceau.
De nombreuses dates de concerts et de festivals sont prévues pour les mois à venir. A ne pas rater.

Facebook 

jeudi 14 février 2019

Jake Hart – The Devil’s Prayer


Single sorti le 24 janvier 2019

Jack Hart est un auteur-compositeur londonien qui aime prendre son temps. Il compose, produit et arrange seul des morceaux réalisés à différentes années d'intervalle. Les informations le concernant sont rares, peu présent sur ses réseaux sociaux, le jeune homme vient de partager son tout dernier titre. "The Devil's Prayer" est un morceau électro rock agrémenté de samples gospel qui se révèle assez efficace.

Facebook | Twitter